Theo Romain
 
       THÉO ROMAIN-SOBOTA                                ACTUALITÉS          |          PROJETS          |          PUBLICATIONS          |          PORTFOLIO         |          CONTACT 




SANS TITRE
(RISKY CONTENT)
(NIPPLE)
(JE NE SUIS PAS)



Série
Ensemble de 3 montages numériques encadrés
Impression sur papier à dessin extra blanc 180g/m², édition 1/5 + 1 EA
2023

Collections privées




Cette série de montages numériques détourne plusieurs types de tests CAPTCHA (acronyme de l’anglais « Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart »), pour mettre en lumière les limites de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la modération du contenu partagé sur les réseaux sociaux du groupe Meta, notamment sur Facebook et Instagram. En 2013, Facebook a retiré des extraits du documentaire Free the Nipple de Lina Esco, déclenchant la campagne #FreetheNipple en réaction à cette censure. Une décennie plus tard, les tétons des femmes sont toujours bannis des publications sur Facebook et Instagram.







HELLBAN.EXE

Installation vidéo (4’36”)
Gameplay enregistré, panneau à LED rouge (67 x 19 x 11 cm), 3 sculptures en impression 3D (50 x 30 x 30 cm), sable
2022-2024




« L'œuvre de Théo Romain-Sobota offre une plongée intrigante dans le monde du jeu vidéo, mais elle va au-delà de l'expérience ludique traditionnelle pour soulever des questions profondes sur la nature de la cancel culture et le rôle de la société dans la censure et l'exclusion. Dans ce jeu, il n’y a pas de fin, pas de boss final, pas de quête à achever. Le joueur/spectateur se glisse dans la peau d'un personnage dont les actions sont fortement limitées, telles que courir, sauter, marcher, pleurer. L'élément central de cet "anti-jeu vidéo" est le concept de shadowban ou bannissement furtif. L’utilisateur se retrouve comme un naufragé sur une île déserte, exclue du reste de la communauté numérique. L’œuvre nous amène à réfléchir sur les conséquences de l'isolement imposé, la responsabilité des communautés en ligne et les limites de la liberté d'expression. La cancel culture, qui cherche à punir ou à contraindre ceux qui ne respectent pas certaines règles sociales, soulève des préoccupations éthiques et morales profondes. En enfermant le joueur virtuel dans une expérience de bannissement, l'artiste nous invite à remettre en question notre rapport aux relations virtuelles qui peuvent parfois nous emprisonner, tout comme l'univers restreint de ce jeu vidéo. »

Cathy Crochemar


Avec le soutien de la malterie arts visuels et de la région Hauts-de-France.









DON’T FEED THE TROLL

CGI Video
Modélisation 3D, effets spéciaux, blender
5 mins 40 secs
2021

Co-exécuté avec l’artiste Nazanin Aharipour




L’oeuvre s’intéresse à la notion d’identité à l’ère de l’anonymat 2.0 et du pseudonymat. Plus précisément, elle questionne la figure du Troll sur internet, en réfléchissant au moyen existant de lutter contre cette pratique, tout en s’interrogeant sur l’impact des usines à trolls sur le discours démocratique. Un troll caractérise un individu ou un comportement qui vise à perturber et générer des polémiques sur internet. Caché derrière une fausse identité, le troll se nourrit des réactions des autres. Oeuvre réalisée dans le cadre d’une résidence virtuelle en collaboration avec l’artiste iranienne Nazanin Aharipour.
Projet soutenu par l’Espace croisé - centre d’art contemporain, l’Institut Français, l’Ambassade de France en Iran ainsi que Daar-al-Hokoomeh Project, dans le cadre du Novembre Numérique.




20181216

Tirage numérique contrecollé dans l’espace public, 98 Rue de Villars 59220 Denain France
300 x 400 cm
2020

Crédits photo Sebastien Hildebrand




Cette pièce interroge la pratique du «copwatching», le fait de filmer les forces de l’ordre en action lors des manifestations. Des images de presse de force de l’ordre en intervention ont été volontairement floutées, de manière à censurer l’image. Le tirage est alors contrecollé dans l’espace public à la vue de tous. À posteriori, l’Assemblée nationale vote favorablement pour l’ensemble du projet de loi Sécurité Globale, un projet de loi qui stipule qu’il sera possible de pénaliser d’un an de prison et 45 000 euros d’amende la diffusion de «l’image du visage ou tout autre élément d’identification» de membres des forces de l’ordre en intervention, quand elle porte «atteinte» à leur «intégrité physique ou psychique». Cet article a été censuré par le Conseil constitutionnel en 2021.







EMERGENCY

Installation lumineuse
Rampe de défilement à led
64 x 8 x 10 cm
2020




Emergency est une installation lumineuse qui déplace l’usage et la fonction première d’une rampe à défilement à LED. Initialement positionnée à l’horizontale sur le toit d’un véhicule, elle se transforme en une sculpture minimale fixée à la verticale. Les variations lumineuses bleu et rouge, symbole de la notion d’urgence dans nos sociétés contemporaines occidentales, provoquent chez le spectateur un sentiment d’appréhension. Cet effet est accentué par la réverbération de la lumière colorée sur les murs de l’espace d’exposition.